Quelle quantité d’isolant biosourcé pour rénover le bâti wallon d’ici 2050 ?

En partenariat avec Filière Bois Wallonie et le Cluster Eco-construction, Valbiom a mené l’enquête ! Car la question est 100% pertinente : la rénovation éco-énergétique du parc immobilier wallon est un maillon essentiel pour atteindre les ambitieux objectifs de réduction des émissions de CO2 à l’horizon 2050. Et dans cette stratégie, les isolants biosourcés sont appelés à jouer un rôle déterminant. 

Les détails de cette enquête

L’enquête s’est concentrée sur la quantification des besoins en isolant biosourcés pour la rénovation du parc immobilier wallon résidentiel uniquement *. Il est question de 1.371.488 bâtiments.

Au niveau de l’isolation des murs, 66% de ces bâtiments ont besoin de travaux d’isolation, ce qui représente une surface totale à isoler de près de 590 hectares ! 
Du côté de l’isolation des toitures, 48% des bâtiments ne correspondent pas aux normes en vigueur en Wallonie.

Ces besoins connus et considérant les épaisseurs d’isolant à mettre en oeuvre pour atteindre le niveau de performance fixé en Wallonie, l’enquête estime qu’il faudrait poser 1,5 million de m3 d’isolants biosourcés chaque année d’ici 2050, cela à l’aide de 138.000 m³ de bois de structure et de 15.000 m³ de bois de bardage.

Biosourcé et bois : les filières wallonnes ont-elles une capacité de production suffisante ?

De ce côté, le constat est plutôt encourageant ! 
En 2023, les entreprises wallonnes ont déjà fourni 615.000 m3 d’isolants biosourcés – principalement produits à base d’ouate de cellulose, d’herbe, de chaux-chanvre et de laine de mouton. Ce volume représente déjà 42% de la quantité nécessaire, alors même que les unités de production ne tournent pas encore à plein régime et pourraient sans peine et rapidement couvrir 85% des besoins. 

Concernant le bois de structure et de bardage, la Wallonie produit plus d’1 million de m³ de bois de construction dont 61% sont destinés à l’exportation. Face à ce volume, les quelques 138.000 m³ nécessaires à la mise en œuvre de la rénovation énergétique du parc résidentiel wallon semble un objectif tout a fait à portée.
Quant au bois de bardage, celui-ci est majoritairement importé actuellement, mais des solutions locales en bois feuillus existent. Si, à l’avenir, la totalité du bardage devait être réalisée en feuillus, la quantité de bois nécessaire (15.000 m³) ne représenterait que 20% du volume disponible.

Quels sont les freins ?

Si la production peut suivre, alors quels freins restent-ils à l’adoption plus large des produits biosourcés ? En fait, la place qu’ils pourraient prendre dépend principalement de la demande. Et la demande demeure trop limitée. 
En animant un panel à l’automne 2023 dans le cadre de l’événement “Challenge de la Construction”, Valbiom a pu se rendre compte du manque de connaissances sur les produits biosourcés de la part des candidats rénovateurs mais aussi des prescripteurs (architectes, entreprises spécialisées). Les avantages des matériaux biosourcés pour la qualité de vie dans l’habitation ou pour l’environnement sont trop peu connus, de même que les aspects techniques de leur mise en oeuvre. De ce fait, ils sont trop rarement envisagés comme une option.

A ce premier frein s’ajoutent aussi d’autres aspects, liés notamment au coût : le prix des matériaux biosourcés demeure à ce jour plus élevé que celui des matériaux “traditionnels”. Néanmoins, si les entreprises de la filière biosourcée sont amenées à augmenter leur production pour faire face à une demande accrue, on verra certainement le prix des matériaux baisser.
En outre, pour encourager le recours plus massif aux isolants biosourcés dans les projets de rénovation, la Wallonie octroie depuis 2023 une surprime.  

Enfin, un dernier frein est pointé du doigt par l’étude : l’idée répandue que les éco-matériaux isolants nécessiteraient une plus grande épaisseur d’isolation que les isolants conventionnels. Dans l’immense majorité des cas, cette affirmation est fausse : à épaisseur égale, un isolant biosourcé offrira un même niveau de performance thermique.

* Les détails sur la méthodologie et les résultats de l’enquête peuvent être obtenus sur le site de Valbiom.

Plus de conseils et d'inspiration ?

Let’s share:

Share on Facebook
Share on Twitter
Share on Linkdin
Share on Pinterest

Un calculateur en ligne pour estimer la quantité de CO2 stockée dans les meubles en bois

On le sait aujourd’hui : pour lutter contre le dérèglement climatique, nous devons réduire nos émissions de CO2 et séquestrer un maximum de CO2 présent dans l’atmosphère. Le bois joue un rôle clé : les arbres vivants fixent le CO2 grâce à la photosynthèse et les produits fabriqués avec du bois continuent de stocker ce CO2 tout au long de leur cycle de vie. Pour calculer la quantité de CO2 effectivement stockée dans les meubles en bois, PEFC a récemment lancé un calculateur en ligne.

Lire plus »

Quelle quantité d’isolant biosourcé pour rénover le bâti wallon d’ici 2050 ?

En partenariat avec Filière Bois Wallonie et le Cluster Eco-construction, Valbiom a mené l’enquête ! Car la question est 100% pertinente : la rénovation éco-énergétique du parc immobilier wallon est un maillon essentiel pour atteindre les ambitieux objectifs de réduction des émissions de CO2 à l’horizon 2050. Et dans cette stratégie, les isolants biosourcés sont appelés à jouer un rôle déterminant.

Lire plus »

Un nouveau réseau de facilitateurs pour faciliter les démarches en construction/rénovation durable et circulaire

Vous rédigez un marché de services ou un marché de travaux durable/circulaire ? Vous mettez en œuvre les principes du DNSH (do no significant harm) ? Vous aimeriez construire plus durable/circulaire et vous vous posez des questions ? Le Service Public de Wallonie a récemment mis en place un réseau de facilitateurs en construction durable et circulaire.

Lire plus »

Chauffage au sol et parquet : compatibles, mais avec quelques précautions

Très prisé dans les projets de construction neuve et de rénovation, le chauffage au sol est un choix éco-énergétique qui offre un très bon niveau de confort thermique. Pendant longtemps, le chauffage au sol était considéré comme incompatible avec les revêtements de sol en bois tels que le parquet. Ce n’est plus le cas, même si certaines précautions sont de mise.

Lire plus »

Une récompense internationale pour Stabilame, lauréat des Green Solutions Awards à la COP28 !

Le 5 décembre 2023, la COP 28 accueillait la cérémonie internationale des Green Solutions Awards, prix désignant des bâtiments, des quartiers et des infrastructures considérés comme exemplaires en termes de durabilité. C’est le bâtiment CBlue, un immeuble de bureaux de 2 niveaux construit par notre exposant Stabilame dans le Parc Ecolys à Suarlée (près de Namur), qui remporte la récompense dans la prestigieuse catégorie « Grand Prix International Construction Neuve ».

Lire plus »

Les déclarations environnementales des produits de construction (EPD) : de quoi parle-t-on ?

Structures en bois ou en acier, béton et briques, vitrage, produits d’isolation, revêtements… Quels qu’ils soient, les produits de construction ont tous une incidence plus ou moins importante sur l’environnement, et cela à chaque étape de leur cycle de vie. Les déclarations environnementales (ou EPD – Environmental Product Declaration) viennent éclairer cet impact environnemental et permettent de disposer d’une base de comparaison.

Lire plus »
Retour haut de page