Le circuit court : encore un atout du bois pour construire véritablement “durable”

Le fonctionnement en circuit court est indéniablement un des atouts majeurs de la construction bois. Car l’usage d’essences locales contribue à minimiser l’impact écologique des produits de construction et permet de réduire la part d’énergie grise nécessaire pour construire. Bref, grâce au circuit court, une construction bois peut être qualifiée de durable, au sens environnemental du terme.  

Construire avec du bois local satisfait tout à la fois à des impératifs environnementaux, sociaux et économiques, soit les trois piliers du « développement durable ».
Or la Wallonie dispose de toutes les ressources nécessaires pour rencontrer ces objectifs.

Usage du bois local : où en est-on ?

Malgré leurs indéniables atouts, les essences régionales comme le chêne, le hêtre ou le peuplier restent encore méconnues du grand public mais également des prescripteurs et des nombreux professionnels du secteur de la construction.
Leurs applications possibles sont pourtant nombreuses et diverses : emballage, bois d’industrie, menuiseries et fabrication d’escaliers, charpentes, bardages, platelages, traverses paysagères, etc.
D’autres essences telles que l’aulne, le châtaignier, le merisier, le frêne, entre autres, trouvent également leur place dans la construction : en menuiserie intérieure, lambris, bardage, parquets, escaliers…

Malheureusement, certaines des essences autrefois employées en structure sont parfois délaissées au profit d’autres matériaux ou de bois résineux, provenant, certes, souvent de nos régions, mais aussi – dans la mesure où la récolte annuelle en résineux locaux ne suffit pas à couvrir nos besoins – des pays scandinaves, de France ou d’Allemagne.

Mettre en adéquation l'offre et la demande

C’est pourquoi, il est important de faire connaître les caractéristiques et les usages des essences de bois locales, essentiellement feuillues, auprès des maîtres d’ouvrage, prescripteurs, constructeurs, pouvoirs publics… Avec pour objectif principal de mettre en adéquation l’offre et la demande.
Cela contribuerait également à faire connaître les qualités et propriétés des essences indigènes qui, dans un grand nombre de cas, peuvent se substituer à d’autres matériaux moins écologiques ou d’autres espèces ayant une origine parfois très lointaine.
Valoriser le bois de nos forêts en privilégiant les filières courtes, c’est permettre aussi l’émergence d’un tissu d’entreprises locales, créer de l’emploi, notamment en secteur rural où il est rare, et le maintenir durablement.

Des filières régionales pour les éco-matériaux

Dans le même ordre d’idée, il convient également de renforcer les synergies entre la filière bois et le secteur de l’écoconstruction. En Wallonie, des filières locales existent déjà – qu’il s’agisse du chanvre, de la paille, de la terre crue, de la cellulose… – mais elles sont encore souvent à l’état embryonnaire. Néanmoins, il est de plus en plus courant d’associer des éléments de construction en bois avec des matériaux biosourcés : complexe bois/paille, bois/terre crue… avec des isolants écologiques.

Si cette dynamique se renforce, il sera loisible d’envisager à moyen terme des constructions bois 100% durables, saines, renouvelables, écologiques et énergétiquement performantes. 

Plus de conseils et d'inspiration ?

Let’s share:

Share on Facebook
Share on Twitter
Share on Linkdin
Share on Pinterest

Un calculateur en ligne pour estimer la quantité de CO2 stockée dans les meubles en bois

On le sait aujourd’hui : pour lutter contre le dérèglement climatique, nous devons réduire nos émissions de CO2 et séquestrer un maximum de CO2 présent dans l’atmosphère. Le bois joue un rôle clé : les arbres vivants fixent le CO2 grâce à la photosynthèse et les produits fabriqués avec du bois continuent de stocker ce CO2 tout au long de leur cycle de vie. Pour calculer la quantité de CO2 effectivement stockée dans les meubles en bois, PEFC a récemment lancé un calculateur en ligne.

Lire plus »

Quelle quantité d’isolant biosourcé pour rénover le bâti wallon d’ici 2050 ?

En partenariat avec Filière Bois Wallonie et le Cluster Eco-construction, Valbiom a mené l’enquête ! Car la question est 100% pertinente : la rénovation éco-énergétique du parc immobilier wallon est un maillon essentiel pour atteindre les ambitieux objectifs de réduction des émissions de CO2 à l’horizon 2050. Et dans cette stratégie, les isolants biosourcés sont appelés à jouer un rôle déterminant.

Lire plus »

Un nouveau réseau de facilitateurs pour faciliter les démarches en construction/rénovation durable et circulaire

Vous rédigez un marché de services ou un marché de travaux durable/circulaire ? Vous mettez en œuvre les principes du DNSH (do no significant harm) ? Vous aimeriez construire plus durable/circulaire et vous vous posez des questions ? Le Service Public de Wallonie a récemment mis en place un réseau de facilitateurs en construction durable et circulaire.

Lire plus »

Chauffage au sol et parquet : compatibles, mais avec quelques précautions

Très prisé dans les projets de construction neuve et de rénovation, le chauffage au sol est un choix éco-énergétique qui offre un très bon niveau de confort thermique. Pendant longtemps, le chauffage au sol était considéré comme incompatible avec les revêtements de sol en bois tels que le parquet. Ce n’est plus le cas, même si certaines précautions sont de mise.

Lire plus »

Une récompense internationale pour Stabilame, lauréat des Green Solutions Awards à la COP28 !

Le 5 décembre 2023, la COP 28 accueillait la cérémonie internationale des Green Solutions Awards, prix désignant des bâtiments, des quartiers et des infrastructures considérés comme exemplaires en termes de durabilité. C’est le bâtiment CBlue, un immeuble de bureaux de 2 niveaux construit par notre exposant Stabilame dans le Parc Ecolys à Suarlée (près de Namur), qui remporte la récompense dans la prestigieuse catégorie « Grand Prix International Construction Neuve ».

Lire plus »

Les déclarations environnementales des produits de construction (EPD) : de quoi parle-t-on ?

Structures en bois ou en acier, béton et briques, vitrage, produits d’isolation, revêtements… Quels qu’ils soient, les produits de construction ont tous une incidence plus ou moins importante sur l’environnement, et cela à chaque étape de leur cycle de vie. Les déclarations environnementales (ou EPD – Environmental Product Declaration) viennent éclairer cet impact environnemental et permettent de disposer d’une base de comparaison.

Lire plus »
Retour haut de page