Construire et vivre dans une tiny house : quel est le prix et quelles sont les règles à connaître ?

Le concept de tiny house a vu le jour aux Etats-Unis dans les années 2000. Cette micro-maison en bois séduit aujourd’hui de plus en plus d’Européens et de Belges, désireux de trouver une solution de logement abordable ou de renouer avec la simplicité, la sobriété et l’authenticité. Voici quelques informations pratico-pratiques si ce mode d’habitat léger titille votre curiosité ou votre intérêt.

Qu'est-ce qu'une tiny house ?

Habitat léger

Construite en bois, légère et mobile, la tiny house mesure 20 à 35 m2 et offre une solution de logement pour un couple ou une personne seule. Si l’espace est petit, sa conception est optimisée pour procurer un maximum de confort de vie, avec des équipements qui, selon les souhaits des occupants, vont à l’essentiel ou rejoignent ceux d’une maison traditionnelle (four et électroménager, rangements sur mesure…).

Quel budget ?

En Belgique, le prix d’une tiny house oscille entre 20.000 et 50.000€ selon la taille et les aménagements, finitions et équipements. Ce prix indicatif ne prend pas en compte le coût d’occupation d’un terrain dont vous ne seriez pas propriétaire.
A ce prix abordable en soi, s’ajoutent par la suite de substantielles économies d’énergie : une petite superficie, c’est aussi moins de volume à chauffer, éclairer…

Quel cadre légal en Wallonie ?

En Wallonie, le Code de l’habitation durable reconnait les tiny houses comme habitations légères depuis 2019 (au même titre que les yourtes, chalets, roulottes, cabanes…). Au titre d’habitat léger, les tiny houses doivent se caractériser par leur poids léger, leur faible emprise au sol, leur aspect réversible (pas de fondations) ou encore la possibilité d’être démontée et déplacée (voir notre précédent article pour en savoir plus).
Construire une tiny house à titre d’habitat léger (et non avec une vocation touristique ou professionnelle) requiert l’obtention d’un permis de bâtir, mais avec une procédure allégée : ainsi, il n’est plus nécessaire de recourir à un architecte.
Outre le permis de bâtir, il faudra également disposer des autorisations nécessaires pour occuper le terrain où la tiny house sera installée (propriété, bail ou autre).

En termes d’emplacement justement, un habitat léger est soumis aux mêmes règles d’urbanisme que l’habitat traditionnel : sauf cas particuliers, les localisations possibles sont donc limitées aux zones destinées à la résidence. A cette condition, viennent parfois s’ajouter d’autres contraintes de fait ou de droit liées à la localisation de la parcelle visée.
La domiciliation dans une tiny house, considérée dès lors comme lieu de résidence principal, est autorisée.

Let’s share:

Share on Facebook
Share on Twitter
Share on Linkdin
Share on Pinterest

Un calculateur en ligne pour estimer la quantité de CO2 stockée dans les meubles en bois

On le sait aujourd’hui : pour lutter contre le dérèglement climatique, nous devons réduire nos émissions de CO2 et séquestrer un maximum de CO2 présent dans l’atmosphère. Le bois joue un rôle clé : les arbres vivants fixent le CO2 grâce à la photosynthèse et les produits fabriqués avec du bois continuent de stocker ce CO2 tout au long de leur cycle de vie. Pour calculer la quantité de CO2 effectivement stockée dans les meubles en bois, PEFC a récemment lancé un calculateur en ligne.

Lire plus »

Quelle quantité d’isolant biosourcé pour rénover le bâti wallon d’ici 2050 ?

En partenariat avec Filière Bois Wallonie et le Cluster Eco-construction, Valbiom a mené l’enquête ! Car la question est 100% pertinente : la rénovation éco-énergétique du parc immobilier wallon est un maillon essentiel pour atteindre les ambitieux objectifs de réduction des émissions de CO2 à l’horizon 2050. Et dans cette stratégie, les isolants biosourcés sont appelés à jouer un rôle déterminant.

Lire plus »

Un nouveau réseau de facilitateurs pour faciliter les démarches en construction/rénovation durable et circulaire

Vous rédigez un marché de services ou un marché de travaux durable/circulaire ? Vous mettez en œuvre les principes du DNSH (do no significant harm) ? Vous aimeriez construire plus durable/circulaire et vous vous posez des questions ? Le Service Public de Wallonie a récemment mis en place un réseau de facilitateurs en construction durable et circulaire.

Lire plus »

Chauffage au sol et parquet : compatibles, mais avec quelques précautions

Très prisé dans les projets de construction neuve et de rénovation, le chauffage au sol est un choix éco-énergétique qui offre un très bon niveau de confort thermique. Pendant longtemps, le chauffage au sol était considéré comme incompatible avec les revêtements de sol en bois tels que le parquet. Ce n’est plus le cas, même si certaines précautions sont de mise.

Lire plus »

Une récompense internationale pour Stabilame, lauréat des Green Solutions Awards à la COP28 !

Le 5 décembre 2023, la COP 28 accueillait la cérémonie internationale des Green Solutions Awards, prix désignant des bâtiments, des quartiers et des infrastructures considérés comme exemplaires en termes de durabilité. C’est le bâtiment CBlue, un immeuble de bureaux de 2 niveaux construit par notre exposant Stabilame dans le Parc Ecolys à Suarlée (près de Namur), qui remporte la récompense dans la prestigieuse catégorie « Grand Prix International Construction Neuve ».

Lire plus »

Les déclarations environnementales des produits de construction (EPD) : de quoi parle-t-on ?

Structures en bois ou en acier, béton et briques, vitrage, produits d’isolation, revêtements… Quels qu’ils soient, les produits de construction ont tous une incidence plus ou moins importante sur l’environnement, et cela à chaque étape de leur cycle de vie. Les déclarations environnementales (ou EPD – Environmental Product Declaration) viennent éclairer cet impact environnemental et permettent de disposer d’une base de comparaison.

Lire plus »
Retour haut de page