L’habitat léger reconnu en Wallonie

Depuis le 1er septembre, le Code wallon du Logement reconnait la notion d’habitat léger et le définit comme un mode d’habitat correspondant à au moins 3 des critères suivants :

  • une faible emprise au sol, un volume et un poids réduits
  • la possibilité d’être démonté et/ou déplacé
  • l’absence de fondations et d’étage(s)
  • l’absence de raccordement aux impétrants
  • l’autoconstruction

Yourtes, cabanes, chalets, tiny houses, roulottes… Depuis plusieurs années déjà, par choix de vie (minimalisme, zéro déchet…) ou pour des raisons financières, des Wallons toujours plus nombreux optaient pour ce type de logement.

Avec cette reconnaissance, le flou juridique qui entoure ce mode d’habiter devrait progressivement s’estomper. Le dossier reste à suivre car des modalités notamment en matière de sécurité, de salubrité, d’installation électrique/gaz, d’accès à l’eau potable doivent encore être fixées afin d’éviter certaines dérives possibles.

Let’s share:

Partager sur facebook
Share on Facebook
Partager sur twitter
Share on Twitter
Partager sur linkedin
Share on Linkdin
Partager sur pinterest
Share on Pinterest

L’herbe comme isolant ? Focus sur Gramitherm

Il y a quelques semaines, l’émission Waldorado (RTL) mettait en lumière une nouvelle filière biosourcée, l’herbe, en consacrant un reportage à notre exposant Gramitherm, qui propose de l’utiliser comme isolant en construction : le procédé de fabrication est suisse, mais Gramitherm l’a importé en Wallonie pour une production en circuit court.

Lire plus »

3 conseils pour optimiser ses chantiers CLT

Le bois est un matériau de construction d’avenir et son utilisation dans la construction est de plus en plus fréquente. Depuis les années 1990, les progrès réalisés dans l’ingénierie bois ont permis l’émergence d’un nouveau système constructif en Autriche et en Allemagne : le panneau CLT (Cross Laminated Timber).

Lire plus »

Comment limiter le grisonnement du bois extérieur ?

Le grisaillement du bois est un phénomène naturel qui se produit au contact des rayons UV et de l’eau de pluie. Sans entretien spécifique, il est donc inéluctable pour le bois en extérieur, quelle qu’en soit l’essence. Comment y remédier ?

Lire plus »

Quelle(s) essence(s) de bois local pour votre terrasse ?

Le bois en terrasse est soumis aux aléas du milieu extérieur. Il peut être attaqué par des insectes ou des moisissures. Il importe donc de choisir une essence capable de résister à ces risques. Quelles sont les possibilités si l’on souhaite privilégier une espèce locale ?

Lire plus »
Retour haut de page