Le bois, premier de la classe sur base de l’ACV

Le bois, classé premier sur base de l’Analyse du Cycle de Vie est le matériau le plus écologique pour notre planète. De sa production jusqu’au recyclage, c’est celui qui respecte au mieux l’environnement.

Faussement "vert"

A en croire les fabricants, la totalité des produits de construction mis sur le marché sont « verts ». Mais dans la plupart des cas, il s’agit surtout de « greenwashing » et les produits demeurent bien souvent excessivement énergivores et/ou composés de substances éventuellement dangereuses pour la santé.

C’est pourquoi le consommateur final doit être attentif à la composition des produits de construction, de parachèvement ou d’ameublement, ainsi qu’à la manière dont ils ont été fabriqués. 

Qu'est ce-que l' ACV ?

Il existe aujourd’hui de nombreux outils permettant d’établir le profil environnemental d’un produit de construction. Il est opportun de privilégier les analyses multicritères qui considèrent différents impacts environnementaux. C’est très important car, dans certains cas, pour réduire un impact environnemental négatif à un endroit de la chaîne, on l’aggrave à d’autres étapes.

A cet égard, l’Analyse du Cycle de Vie est à ce jour l’outil le plus abouti. Il étudie les aspects environnementaux et les impacts potentiels tout au long de la vie d’un produit, 
depuis l’extraction des matières premières jusqu’à l’élimination des déchet.

Le bois, numéro 1 de l' acv

Sur base de l’ACV (Analyse du Cycle de Vie), le bois apparaît comme le matériau de construction qui exerce le moins de pression sur l’environnement et ce, à quasi tous points de vue. Selon l’avniR (la plateforme d’expertise pour favoriser l’intégration de l’Analyse du Cycle de Vie dans les démarches de développement des acteurs économiques), il ressort de l’étude sur chacun des pôles de la filière que les produits fabriqués à partir de bois ont un bilan environnemental globalement meilleur que les produits mis en œuvre à partir de ressources non-biosourcées. Ainsi, en termes de pollution de l’air, d’utilisation des ressources, d’énergie, d’émission de gaz à effet de serre et de pollution de l’eau, le bois est toujours le meilleur matériau.

  • Le bois ne nécessite aucune industrie lourde pour être transformé.

  • De plus, de nombreux transformateurs de bois valorisent au maximum la matière première de manière à ce que toutes les parties de l’arbre soient utilisées.

  • En privilégiant les circuits courts et donc le recours à des essences locales, on peut limiter drastiquement la pollution engendrée par le transport.

  • Enfin, en construisant en bois on fixe pour une longue durée le CO2 emmagasiné par l’arbre tout au long de sa croissance.

A l’heure actuelle, le seul domaine de l’ACV où le bois ne truste pas la première place est la production de déchets où il arrive derrière le métal. Mais le secteur y travaille. Le recyclage et, surtout, le réemploi connaissent un intense développement dans les filières de l’ameublement et se mettent peu à peu en place dans le secteur du bâtiment.

Let’s share:

Partager sur facebook
Share on Facebook
Partager sur twitter
Share on Twitter
Partager sur linkedin
Share on Linkdin
Partager sur pinterest
Share on Pinterest

L’herbe comme isolant ? Focus sur Gramitherm

Il y a quelques semaines, l’émission Waldorado (RTL) mettait en lumière une nouvelle filière biosourcée, l’herbe, en consacrant un reportage à notre exposant Gramitherm, qui propose de l’utiliser comme isolant en construction : le procédé de fabrication est suisse, mais Gramitherm l’a importé en Wallonie pour une production en circuit court.

Lire plus »

3 conseils pour optimiser ses chantiers CLT

Le bois est un matériau de construction d’avenir et son utilisation dans la construction est de plus en plus fréquente. Depuis les années 1990, les progrès réalisés dans l’ingénierie bois ont permis l’émergence d’un nouveau système constructif en Autriche et en Allemagne : le panneau CLT (Cross Laminated Timber).

Lire plus »

Comment limiter le grisonnement du bois extérieur ?

Le grisaillement du bois est un phénomène naturel qui se produit au contact des rayons UV et de l’eau de pluie. Sans entretien spécifique, il est donc inéluctable pour le bois en extérieur, quelle qu’en soit l’essence. Comment y remédier ?

Lire plus »

Quelle(s) essence(s) de bois local pour votre terrasse ?

Le bois en terrasse est soumis aux aléas du milieu extérieur. Il peut être attaqué par des insectes ou des moisissures. Il importe donc de choisir une essence capable de résister à ces risques. Quelles sont les possibilités si l’on souhaite privilégier une espèce locale ?

Lire plus »
Retour haut de page