Le bois pour des économies sur votre facture d’énergie

Alors que la crise sanitaire n’est pas encore derrière nous, une autre crise frappe durement de nombreux ménages : celle des prix de l’énergie qui explosent littéralement, avec des augmentations sur les marchés internationaux de 10% voire 20% en une seule journée.
Désormais, la précarité énergétique ne concerne plus uniquement les foyers à revenus modestes : près d’un million de ménages ont déjà demandé un étalement ou un report de paiement.

La construction face au défi énergétique

En Belgique, le parc immobilier n’était, lui non plus, pas préparé à faire face à cette hausse des coûts de l’énergie. Singulièrement en Wallonie et à Bruxelles, le bâti est vétuste et donc terriblement énergivore.
La tâche est donc immense pour satisfaire aux objectifs européens de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 80 à 90% d’ici 2050. Le chauffage est, en grande partie, responsable de ces émissions. Rien qu’en Wallonie, ce sont plus d’un millions de logements qui devraient être soit démolis et reconstruits soit amélioré sur le plan énergétique. Ce défi implique au moins un doublement du rythme actuel de rénovation du bâti !

Les constructions bois économes en énergie

bois performance énergétique

Dans ce contexte, la construction ou les rénovations en bois peuvent jouer un rôle important. Et en tout cas, participer à l’effort commun visant à améliorer les performances énergétiques des bâtiments, qui plus est, avec un matériau durable, naturel, renouvelable et largement disponible localement.

Si le bois est économe en énergie lors de sa production, il permet aussi de réaliser des économies d’énergie substantielles, en affichant de très bonnes performances sur le plan de l’isolation thermique.
Par sa structure cellulaire essentiellement constituée d’air (qui est en soi un très bon isolant), le bois présente des valeurs d’isolation thermique proche des isolants de synthèse. C’est ce qui le rend chaud au toucher par opposition à la brique ou au métal. A épaisseur égale, le bois se révèle 6 fois plus isolant que la brique, 15 fois plus que le béton et 400 fois plus que l’acier.
Le bois étant un faible conducteur de chaleur et la plupart des constructions en bois se caractérisant par une structure creuse, ce type de construction se prête idéalement à la réalisation de bâtiments présentant une isolation thermique de haute qualité.
Résultat : un bâtiment en bois se chauffe plus facilement et l’air y est sec et sain. En outre, les capacités hygrométriques du bois et sa bonne température de rayonnement diminuent le besoin subjectif en chauffage, en procurant une sensation de chaleur et de confort

Construction en ossature bois

Saviez-vous que la majeure partie du parc wallon de bâtiments certifiés passifs est en ossature bois ? Cela n’a rien d’étonnant…

  • Dans la construction à ossature bois, l’espace entre les montants peut être complètement rempli de matériau isolant (soit jusqu’à 36 cm d’isolant).
  • Cette isolation peut encore être renforcée par l’application d’un isolant complémentaire sur la face intérieure et/ou extérieure de la paroi, soit 6 à 8 cm de plus de part et d’autre.
  • En termes d’étanchéité à l’air, les parois actuelles n’ont plus rien à voir avec celles qu’on proposait auparavant : elles sont naturellement plus étanches à l’air que les murs d’une construction traditionnelle en maçonnerie et, moyennant l’ajout de membranes d’étanchéité autour des menuiseries extérieures et aux jonctions entre les panneaux, on peut sans trop d’efforts atteindre le standard passif.

Construction en CLT

Depuis quelques années maintenant, le CLT (Cross Laminated Timber ou panneaux de bois massif) est de plus en plus fréquemment utilisé pour les constructions en bois. D’abord employé pour les bâtiments multi-étages, ce système constructif est désormais utilisé pour de nombreuses habitations unifamiliales où il fait valoir de nombreux atouts en matière d’économie d’énergie.

  • L’avantage majeur d’une construction en bois massif est de pouvoir être isolée de manière continue par l’extérieur avec des panneaux rigides, ce qui permet une gestion optimale des ponts thermiques.
  • Une isolation complémentaire peut être prévue par doublage intérieur de la structure avec un panneau isolant, lui-même revêtu d’une finition. Ou encore par doublage intérieur de la structure au moyen d’un contre-lattage et de panneaux ou de matelas isolant (c’est la situation la plus souple pour le passage des techniques en cas de modifications ultérieures).
  • En ce qui concerne l’étanchéité à l’air, le fait de travailler avec des éléments de grande taille présente l’avantage de limiter les jonctions à traiter afin de les rendre étanches à l’air.

Let’s share:

Share on Facebook
Share on Twitter
Share on Linkdin
Share on Pinterest

Toitures végétalisées : de multiples avantages

Son nom le laisse clairement entendre : une toiture végétalisée est une toiture – plate ou légèrement inclinée – remplie de végétaux, qui la protègent en maximisant son isolation et la rétention d’eau. Tout bénéfice pour vos consommations énergétiques, mais pas uniquement… Aujourd’hui, de nombreuses villes envisagent les toitures vertes parmi les solutions qui doivent rendre nos villes plus résilientes face aux aléas climatiques.

Lire plus »

Chimsco Groupe a 20 ans !

Spécialisé dans la construction bois et doté de 4 départements (construction, charpentes, carports et poolhouses, chassis et protections solaires), le Groupe Chimsco fête cette année son 20e anniversaire ! Retour sur l’histoire de cet exposant fidèle au salon Bois & Habitat.

Lire plus »

Mobilier et aménagement : quels panneaux de bois choisir ?

Pour vos meubles et finitions intérieures, le bois offre de multiples possibilités. Le choix dépendra donc de différents critères : le budget et l’aspect esthétique bien entendu, mais aussi l’usage et la solidité attendue du meuble ou encore les facilités et contraintes de fabrication (perçages, sciages…). Petit tour d’horizon.

Lire plus »

Choisir des matériaux durables : parce que construire responsable débute à la source…

L’impact environnemental du secteur de la construction est considérable : il est responsable, à l’échelle mondiale, de 30% des émissions de CO2 et de 40% de la production de déchets. Agir pour diminuer cet impact peut se faire dès la source : plutôt que d’engloutir des ressources non renouvelables et difficilement réutilisables ou recyclables, on peut opter pour des matériaux durables. Pour favoriser leur adoption plus généralisée, un nouveau métier se fait jour : celui de “sourceur”, parti dénicher les matériaux et accompagner les professionnels dans leur choix et mise en oeuvre.

Lire plus »
Retour haut de page